Sculpture - Collage  

 


L'homme et son habitat



 
Fauteuil
  En franchissant la porte   L'échappée belle
 
   

Alors tu pars
 
La visite

 
Maison Catalane

 

Obéissant à son goût très sûr de la « mise en scène » au sens le plus efficace de l’expression, Lisbeth Delisle vise de moins en moins à imposer. Bien au contraire, par l’élaboration de formes des plus enchevêtrées elle se plaît à susciter des paysages où l’être humain, toujours inexplicable, se mêle à la nature, toujours inextricable. Ainsi peut-elle s’adonner à une sorte d’orchestration de l’ambigüité qui lui permet, avec pudeur, de préserver les vibrations de l’émoi. Non seulement ses pièces aux imbrications savantes réservent au regard des échappées inattendues, mais, assez souvent elles se
composent de deux ou trois éléments distincts. Dans ces conditions, le thème de la « demeure », sous ses formes les plus variées – de l’arche en poussant jusqu’au temple – ne pouvait manquer de répéter avec une certaine insistance.


Jean-Luc ESPIVENT
« L’empreinte » N°14

retour

     

sss